Histoire de l'Informatique Page précédente
Sommaire précédent
Page suivante


Les grandes dates
Galerie de portraits
Le musée
Technologie
Futur
Index
Liens
Divers
Recherche
Commentaires
Quoi de neuf ?


L'ère de l'électronique


Matériel (ordinateurs)


1930   L'Enigma et les Bombes Musée1 Musée2 Musée3

Composée d'un clavier, de 26 lampes pour représenter l'alphabet et généralement de 3 rotors, l'énigma était destinée à l'origine à crypter des documents d'affaires. Les services secrets allemands ont racheté (presque) tous les exemplaires et ont considérablement amélioré le modèle commercial pour leurs besoins. Les Polonais, tout d'abord, ont étudié le principe et commencer à développer des solutions capables de décoder les messages cryptés. Ces travaux seront récupérés par le "British Government Communication Headquarters" basé à Bletchley-Park où A. TURING créera une machine "la bombe" (on pense que ce nom vient du tic-tac produit durant les calculs) pour permettre de tester rapidement les combinaisons possibles.
- Cryptography - Enigma Cipher (en anglais)
- PEnigma (en anglais)
- Codes and Ciphers (en anglais)


1938   Z1, premier calculateur à relais par K. ZUSE.

D'abord nommé Versuchmodell I , il a été construit dans la salle à manger des parents ZUSE et utilisait des vieilles pellicules de cinéma 35mm en guise de bandes.


1939   ABC, par J. ATANASOFF et Clifford BERRY. Musée

Ce calculateur, a été le premier à utiliser le système binaire et était capable de résoudre des équations à 29 variables. Son vitesse d'horloge était de 60Hz; il faisait 1 multiplication à la seconde. Sa mémoire était de 60 mots de 50 bits.
- IEEE History Center: Atanasoff-Berry Computer, 1939 (en anglais)


1941   Z3, par K. ZUSE.

Composé de 2600 relais, d'un lecteur de bandes et d'une console pour l'opérateur, sa mémoire pouvait contenir 64 nombres de 22 chiffres exprimés en virgule flottante. Il réalisait une multiplication en trois à cinq secondes.


1943   ASCC ou Harvard MARK 1 par H. AIKEN

Cette machine, contruite en collaboration avec IBM, utilise un principe inspiré par les travaux de C. BABBAGE. Composée de 765 299 éléments, elle pesait 5 tonnes et avait besoin de plusieurs tonnes de glace par jour pour la refroidir. Ses performances et sa fiabilité étaient remarquables mais elle ne pouvait effectuer aucun saut conditionnel.


1943   Colossus I Musée

Composé de 1 500 lampes et d'un lecteur de bandes capable de lire 5 000 caractères à la seconde, ce calculateur électronique anglais a été conçu pour décoder les messages chiffrés par la machine de Lorentz Allemande qui était un téléscripteur doté de rotors (utilisant un principe assez proche de l'énigma).
- Colossus Rebuild (en anglais)


ENIAC 1946   ENIAC, par J. ECKERT et J. MAUCHLY Musée1 Musée2

(Electronic Numerical Integrator and Computer)
Commandé par l'armée des États-Unis en 1943 pour effectuer les calculs de balistique, il remplaçait 200 personnes chargées auparavant de calculer les tables de tir. Il occupait 23 m³, pesait 30 tonnes, coûtait un demi-million de dollars et consommait presque 200 kilowatts. Il était aussi composé de 70 000 résistances, 10 000 condensateurs, 1 500 relais et 6 000 commutateurs manuels. Bien qu'avec 17 468 lampes, il y eut plus de 19 000 changements durant sa carrière de 9 ans, il faut souligner cette fiabilité exceptionnelle pour l'époque.


1948   IBM SSEC, par Wallace Eckert Musée

(Selective Sequence Electronic Calculator)
Ce calculateur composé de 20 000 relais et de 12 500 tubes a servi pour le calcul de tables de positions de la lune mais a surtout été une vitrine technologique (il était d'ailleurs visible par le public) pour IBM.


1947   EDVAC, premier calculateur à programme enregistré de J. NEUMANN Musée1 Musée2

(Electronic Discret VAriable Computer)
C'est le descendant direct de l'ENIAC. Il est composé de 4000 tubes et sa capacité mémoire est de 1024 mots de 44 bits.


1948   Manchester Mark 1 (ou Ferranti Mark I) Musée

Bâtie sur des plans de J. NEUMANN par une équipe Anglaise, ce prototype est le premier à disposer d'une unité de commande interne et à suivre un programme enregistré. C'est sur cette machine de 1300 tubes qu'est utilisée pour la première fois la mémoire à tubes Williams.


1949   EDSAC, par Maurice WILKES Musée

(Electronic Delay Storage Automatic Computer)
Cet ordinateur numérique et électronique est basé sur l'architecture de J. NEUMANN. Composé de 3000 tubes et consommant 30KW, il utilise une mémoire de type "lignes de retard à mercure". Il s'agit d'une machine parfaitement opérationnelle qui a été construite dans un laboratoire de l'Université de Cambridge en Angleterre.
- Edsac Simulator (en anglais)
- Edsac Simulators (en anglais)


1951   UNIVAC, par J. ECKERT et J. MAUCHLY Musée1 Musée2

(UNIversal Automatic Computer)
Il utilise des bandes magnétiques en remplacement des cartes perforées. Il est composé de 5000 tubes, sa mémoire est de 1000 mots de 12 bits, il peut réaliser 8333 additions ou 555 multiplications par seconde. Sa superficie au sol est de 25m². Sa construction aura duré 5 ans et coûté plus d'un million de dollars.
- UNIVAC Memories (en anglais)


1951   Whirlwind

1er ordinateur "temps réel"


1955   Premier calculateur transitorisé: TRADIC


1960   PDP-1

(Programmed Data Processor)
C'est le précurseur des "minis". Vendu pour $125 000 (une fraction du coût d'un ordinateur de l'époque) et livré sans logiciels, il était plutôt ciblé pour les scientifiques et ingénieurs.
-
PDP-1 Story (en anglais)


1959   IBM 1401 Musée

Utilisant des transistors et des mémoire à tores de ferrite, la version haut-de-gamme était fournie avec un générateur d'applications (RPG) destiné à en faciliter l'utilisation, cet ordinateur a marqué une étape dans l'ère de la comptabilité (la version de base se programmant en assembleur (SPSS)). L'imprimante (1403) associée était d'une rapidité exceptionnelle (600 lignes par minutes !). IBM avait tablé sur un millier de ventes... plus de 12 000 exemplaires seront vendus.
- IBM 1403 Printer (1964) playing music. (en anglais)


1964   IBM System/360 Musée

Alors que tous ses ordinateurs utilisaient des architectures et logiciels incompatibles entre eux, IBM décida d'investir plusieurs millions de dollars et de développer une gamme entièrement nouvelle : 6 ordinateurs et 44 périphériques, ayant des capacités différentes mais tous compatibles entre eux. La technologie utilisée, loin d'être innovante, était transistors et mémoire à tores.
Les modèles 370, lancés 5 ans plus tard, seront compatibles mais intégreront un système d'exploitation gérant la mémoire virtuelle et le temps partagé. Ils seront construits avec des circuits intégrés et des mémoires à semi-conducteurs.
Les générations futures seront les /3x, /36, /38 et (en 1988) AS400.
- IBM AS/400 (iSeries) (en anglais)


1965   Premier mini-ordinateur diffusé massivement: PDP-8 de DEC Musée

Ce premier ordinateur ouvre l'ère des mini-ordinateurs, à "bas prix" ($18 000) et simples d'usage. Plus de 50 000 exemplaires seront vendus.


1973   Micral-N de R2E Musée

C'est le premier micro-ordinateur du monde, il a été inventé par A. TRUONG, fondateur de R2E, une petite société Française.


1973   l'Alto (renommé Xerox Star en 1981) de XEROX

Ce prototype, pensé pour devenir le bureau du futur, est un condensé des idées proposées par les chercheurs réunis par XEROX au Palo-Alto Research Center (PARC). Il est le premier à introduire l'idée de fenêtres et d'icônes que l'on peut gérer grâce à une souris. Principalement, en raison de son coût, cet ordinateur ne connaîtra qu'un succès d'estime.


1975   Altair 8800 de ED. ROBERTS (MITS) Musée

Il est considéré par les Américains comme le premier micro-ordinateur du monde, bien que ce soit le Micral-N. Cependant, c'est pour l'Altair que sera le premier BASIC Microsoft.


1976   CRAY I

Créé par Saymour CRAY, c'est le premier ordinateur à architecture vectorielle.
-
Seymour Cray's gone, but not forgotten (en anglais)


1977   Apple II par S. JOBS et S. WOZNIAK Musée

Premier ordinateur à recevoir un succès grand public, c'est une machine qui permet à ses utilisateurs de créer leurs propres logiciels d'application.
- Apple II History (en anglais)


1978   DEC VAX 11/780

(Virtual Address eXtension)
Premier modèle de "supermini", cet ordinateur 32 bits pouvait exécuter des programmes écrits pour le PDP-11. Il avait aussi suffisamment de ressources pour supporter des applications qui étaient jusqu'ici réservées aux gros mainframes. Il reste aussi célèbre pour son système d'exploitation VMS
-
Chuck's House of VAX (en anglais)


1981   Sinclair ZX81 Musée

Basé sur le microprocesseur Z80A, c'est le premier micro-ordinateur à moins de 1000F. Il utilise l'écran du poste de télévision.


1981   IBM-PC Musée

(Personnal Computer)
Cet ordinateur, qui n'apporte aucune idée révolutionnaire est la réaction du n°1 mondial face à la micro-informatique : Il était fait d'une accumulation de composants standards et de logiciels sous-traités (principalement auprès de Microsoft) dans le but de minimiser le temps nécessaire pour sa mise au point. Pourtant, le PC et ses clones (produits de copiage asiatiques) vont rapidement devenir un standard avec un succès qui ne s'est jamais démenti durant ses 20 (premières !) années d'existance.
- L'Alsace - Dossier : 20 ans, l'âge du déclin ? (en francais)


1981   Osborne 1

Premier ordinateur portable avec un écran de 5 pouces... 12kg quand même ! Cet ordinateur n'était pas compatible PC et 2 ans plus tard, Compaq sortira un modèle d'allure assez similaire mais compatible PC cette fois
-
Osborne 1 (en anglais)


1982   Cray X-MP Musée

Composé de deux Cray I mis en parallèle, il est 3 fois plus puissant que celui-ci.


1983   Lisa d'APPLE

Steve JOBS, très intéressé par l'Alto reprendra la plupart des idées de celui-ci pour le compte d'APPLE, en particulier la notion d'interface graphique (GUI) et l'utilisation de la souris. Cependant, ce micro-ordinateur ne connaîtra non plus pas de succès commercial.


1984   Amiga

Utilisant un microprocesseur Motorola 680x0, ce micro-ordinateur reste parmi les leaders pour ce qui est du graphisme et de la musique.


1984   Macintosh d'APPLE

Basé sur le projet LISA, c'est l'ordinateur convivial par excellence: Son utilisation est très simple grâce à la souris et à la qualité de ses graphismes. Il devient au fil des années et des version, l'autre grand standard (avec le PC d'IBM) du monde de la micro-informatique.


1985   Cray II Musée

Miniaturisé, il est 10 fois plus puissant que son prédécesseur, le Cray I.


1986   The Connection Machine

Premier ordinateur "massivement parallèle" composé de 16 000 processeurs.


1994   Paragon d'Intel

Coûtant 20 Millions de dollars, occupant un volume de 48m3, il est composé de 2000 processeurs et de 64 Giga-octets de mémoire. Il peut effectuer 150 milliards d'opération en virgule flottante à par seconde.


1994   PowerMac d'APPLE

Basé sur le microprocesseur POWER-PC réalisé par Motorola en collaboration avec IBM, il était présenté comme le successeur commun du PC et du MAC. Cependant, malgré de très bonnes performances, il tarde à s'imposer.


1998   iMac d'APPLE Musée

L'iMac était l'ordinateur d'Apple pour le nouveau millénaire. Il a également marqué le retour d'Apple (et de MacOS) au devant de la scène. C'est l'ordinateur le plus original depuis le premier Mac de 1984: Design très particulier, écran et unité centrale intégrés dans un seul boîtier, ports USB et pas de lecteur de disquette interne.


2006   Mac a processeur Intel

Après plus de 20 ans de lutte fratricide, Apple choisit de délaisser les microprocesseurs PowerPC et d'utiliser le même processeur Intel que n'importe quel "PC". La transition, bien qu'une prouesse technologique, est quasiment invisible pour l'utilisateur final grace à l'invention des "Universal binaries" qui sont des programmes compilés pour les 2 architectures et "collés" dans un même exécutable.



http://www.histoire-informatique.org/portraits/2_3.html
Dernière mise à jour le 08/12/2007.        ©1996-2010 ~ François GUILLIER

Page précédente
Sommaire précédent
Page suivante

Valid XHTML 1.0!